Afrique nouvel Eldorado Economique 1


L’Afrique un nouvel eldorado économique ? Pour nous, en France, quoi de plus insignifiant aujourd’hui, qu’un battement d’ailes de papillon à Istanbul, Casablanca, Dakar, Beijing ou Djeddah, Quel engrenage subtil d’infimes causes pourraient entraîner demain d’incroyables conséquences économiques pour les entreprises Françaises en Afrique .

L’Afrique c’est 55 pays ou territoires

Tout d’abord, trop souvent, on parle d’Afrique, alors que l’Afrique c’est 55 pays ou territoires, pour un peu moins d’un milliard d’habitants, c’est six fuseaux horaires, c’est plus de 2.000 langues parlées, c’est un taux de natalité de 38 et une espérance de vie de 52 ans. Enfin c’est un PNB par habitant proche de 2.000 US$.

Il faudrait donc parler de régions ou sous régions et il faudrait surtout que les entreprises Françaises s’intéressent enfin à d’autres pays d’Afrique , que ceux faisant partie auparavant de leurs « prés carrés ».

Il faudrait aussi  se souvenir que de nombreux changements ont eu lieu en Afrique, depuis la décolonisation, et depuis la fin de l’union soviétique ?

La Chine le premier partenaire

La Chine est assez discrètement  devenue le premier partenaire commercial du continent, plus d’un million de ses ressortissants, s’y sont installés,( à comparer à un peu plus de 220.000 Français en Afrique dont un nombre important de binationaux)   des milliards de dollars d’investissements y ont été accordés par les banques chinoises.

Les gros investissements d’infrastructures en l’Afrique de l’Est étaient essentiellement réalisés par la Chine et ses entreprises. (On peut aussi citer entre autres, comme zone d’influence, permettant de faire « tache d’huile »  la forte présence chinoise en Algérie, et au Congo, et ailleurs …)

A Djibouti, par exemple,  la Chine a multiplié les chantiers depuis 2012, cette porte d’entrée est  stratégique pour la Chine, c’est une  nouvelle « route de la soie ».

Cela a aussi  justifié  le fait qu’en novembre 2015, la Chine ait confirmé la construction d’une base militaire à Djibouti, la première d’une route maritime qui la relie au Moyen-Orient en vue de mieux sécuriser ses approvisionnements. Cette « installation logistique » permettra de ravitailler ses navires que la communauté internationale avait invités en 2008 le long de la Corne de l’Afrique dans le cadre des missions Onusiennes de lutte contre la piraterie.

Djibouti devant servir aussi de port pour exporter les produits fabriqués en Ethiopie , en Tanzanie et bientôt au Kenya. 

La Chine, est entrain de devenir un concurrent pour la plupart des entreprises occidentales, et ne plus se contenter, de financer et construire d es infrastructures, la construction et le bâtiment.

Exemple:

L’Éthiopie, dont le PIB a progressé de 8.5% en 2017, le taux le plus élevé du continent africain c’est aussi le lieu de délocalisation des entreprises chinoises qui font face chez elles à une démographie vieillissante et donc à de fortes hausses de salaires.

À 40 kilomètres d’Addis-Abeba, à Dukem,  la Chine fait ce que n’ont pas fait l’Europe ou les États-Unis ces dernières décennies. Dans ce parc industriel récent d’une superficie de 40 hectares surveillée par des gardes chinois ,des entreprises chinoises ont créé des usines textiles ou de chaussures. On pourrait aussi citer,  La plus vaste zone celle, d’Awassa, 130 hectares 250 millions de dollars, d’investissements financés par CDCEC , vous y trouverez une quinzaine d’usines textiles.

Les installations de cette zone franche ont été payées par les entreprises chinoises . En contrepartie d’Avantages non négligeables, pas d’impôts pendant huit à dix ans, service douanier local et guichet unique de l’administration éthiopienne, de surcroît la proximité du port de Djibouti a permis la remise en état d’une ligne ferroviaire fermée depuis près de 50 ans.  Cela pour faciliter l’expédition des produits finis à travers le monde. Autres avantages,  pour les entreprises chinoises, elles se rapprochent de leurs clients en rémunérant leurs ouvriers africains bien moins chers que des employés chinois, et pour l’Éthiopie, qui grâce à ça voit des dizaines de milliers de ses habitants sortir du chômage ou de la pauvreté.

En fait, La Chine reproduit son modèle, dans ce pays, les employés sont totalement pris en charge pour leur formation technique et pour leur logement par l’employeur chinois. Les cadres et contremaîtres chinois ont eux une vie agréable, qui va du jardinage de légumes chinois à la   pagode de méditation installée au sommet de la colline boisée qui surplombe les lieux.

Intéressons-nous maintenant aux nouveaux entrants en Afrique ,

La Turquie.

Ce que l’on oublie trop vite, c’est que dans la mémoire de chaque Turc, il y a toujours les souvenirs de la  puissance de l’empire Ottoman, qui se conjugue aujourd’hui à une puissance militaire, commerciale,  industrielle, agricole, ainsi que dans la construction et  le BTP.

Ce que l’on a aussi oublié c’est que lors de la colonisation du Maghreb par Khayr Ad Din dit Barberousse, celui-ci avait fait allégeance au sultan de Constantinople, et,que  de nombreux Turcs avaient alors immigré au Maghreb dans les années 1.500’, le nom de famille « Turki » est aujourd’hui  assez répandu  dans cette région.

Intéressons-nous maintenant aux autres nouveaux entrants,

Les pays producteurs de pétrole.

En quelques mots, ceux-ci ont intégré, le fait, qu’ils ne bénéficieraient plus du « parapluie » américain et que le « carburant » de leur puissance perdait de sa valeur,

La Turquie à elle intégré, le fait qu’elle n’intégrerait jamais l’Europe, malgré sa puissance industrielle et militaire.

Nous nous retrouvons donc avec une  conjonction d’intérêts qui  les amène à considérer, que le seul échappatoire possible, est  la création d’une zone d’influence commune, allant de  l’Asie centrale, des pays en « Stan », à l’Afrique.  La Turquie a déjà réussi à très fortement renforcer son influence dans la plupart des pays de cette zone, Turkménistan, Kazakhstan, etc. …  cela au détriment de la Russie.

Maintenant quelques chiffres  sur les fonds dont dispose ce nouvel empire.

Fond Souverain d’Arabie Saoudite, 700 milliards de dollars, du Qatar, 260 milliards de dollars.

IL est évident, que ces fonds souverains d’Arabie Saoudite & du Qatar vont commencer à investir intensément en Afrique, et cela en coopération avec la puissance commerciale,  industrielle, agricole, dans la construction, le BTP et  le militaire Turque.

Si vous exporter des biens d’équipements vers l’Afrique, vos concurrents sont déjà souvent des entreprises Turques ,si vous exporter des biens de consommation, préparez vous à commercialiser des mini dose à l’unité, enfin dans les services , hôtellerie, téléphonie, etc, une classe moyenne a déjà émergé dans de nombreux pays, pressez vous , et n’attendez pas un R O I rapide, tant que le prix des matières premières ne se sera pas redressé!  

 

Conclusion :

Ne soyons pas « Afro pessimistes », mais ne soyons pas « Afro optimistes » non plus, grâce à la forte évolution démographique de ce continent, 50 millions d’habitants de plus par an, la demande va progresser assez fortement ( + 2.5 à 3.5% ) au cours des 25/30 prochaines années, de nombreux pays bien gérés dont on parle peu en France, offrent déjà  de nombreuses opportunités, c’est le cas du Rwanda , de la Tanzanie,  de l’Ethiopie…..Enfin l’entreprise Bolloré est l’exemple même d’une mix-stratégie très performante en Afrique , ce continent représente 20% de son chiffre d’affaires mais 80% de son résultat.

Et souvenons-nous, que, malheureusement, un battement d’aile de papillon à Dakar, Casablanca, Istanbul, Beijing ou Djeddah, allié à l’évolution démographique,  pourrait déstabiliser nos marchés, il va falloir  faire preuve de créativité Messieurs, Mesdames,  dans vos entreprises et, sortir des « sentiers battus »

Homme Fort incontournable en Afrique Le Milliardaire américain Georges Soros:

https://www.jeuneafrique.com/mag/455008/societe/soros-lafricain-enquete-reseaux-milliardaire-americain/

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Afrique nouvel Eldorado Economique