Après ce «  11 septembre Israélien »  à quoi s’attendre demain


Face à  ce massacre de civils le 7 octobre nous sommes tous bouleversés. Bien sûr, nous nous devons de condamner ces crimes, et soutenir les familles de ces israéliens jeunes et vieux qui ont été sauvagement assassinés. Mais, face à ce terrorisme, nous devons résister au désir de vengeance, et ne pas répondre par une guerre cruelle dont les civils femmes et enfants seront les premières victimes.  Nous qui nous disons démocrates nous nous devons de répondre avec nuance afin de ne pas construire un futur encore plus sombre pour les Palestiniens et les Israéliens. Nous nous devons d’apporter une solution historique pour les Palestiniens et les Israéliens.

Si nous abordons les conséquences économiques, après, la crise de la Covid, le conflit en Ukraine, et avec les tensions entre les États-Unis et à la Chine, et, si on est objectifs, il est assez difficile d’identifier quel continent pourrait être aujourd’hui 50 ans après la guerre du Kippour, le plus bousculé économiquement par cette tragédie en Israël et le possible embrasement du Moyen-Orient, néanmoins certains fondamentaux permettent de tirer de grandes lignes. 

Dans un monde fragmenté par le conflit Russie Vs Ukraine

Les démocraties occidentales ont vu depuis la guerre en Ukraine, le monde se fragmenté, et des nouveaux blocs se constitués. Les alliances qui étaient autrefois pérennes sont devenues spots. Un pays peut aujourd’hui être allié dans la résolution d’un conflit, tout en étant adversaire dans un autre conflit. Et l’Europe construite sur la tempérance, la modération, le en même temps, a des difficultés à faire bloc, face à de nombreux pays se sentant maintenant invulnérables. Pays souvent gouvernés par leurs hubris et dont les actions sont inspirées par l’orgueil, car se sentant invulnérables, grâce à leurs matières premières, gaz, pétrole, ou grâce à leurs puissances militaire ou industrielle.

Conséquences par continents

Asie

Le plus grand pays musulman du monde c’est l’Indonésie près de 90% de ses 273 millions de citoyens sont musulmans L’Indonésie est suivi en Asie par la Malaisie 34 millions de citoyens dont plus de 60% sont musulmans, ces deux pays sont donc plutôt alignés sur les demandes des Palestiniens. Les Philippines comptent elles 4 millions de musulmans, mais vu qu’ils ne représentent que 4% de la population et qu’ils sont essentiellement présents à Mindanao, ils ne représentent pas vraiment une force politique.

Les autres grands pays d’Asie, Japon, Corée, Thaïlande, etc. étant dépendants pour la plupart du gaz et de pétrole, moyen oriental, cela les incite à afficher une certaine neutralité afin de ne pas mettre en péril leurs partenariats économiques avec les pays du Moyen-Orient, dont l’Arabie Saoudite.

Quant à la Chine devenue une grande puissance, celle-ci s’est toujours tenue éloignée des religions, et des idéologies, car elle a compris depuis l’écroulement de l’URSS qu’il était préférable de vassaliser économiquement les pays plutôt qu’idéologiquement. La Chine ayant tiré profit du soutien de l’occident à l’Ukraine, elle pense renouveler l’opération grâce à notre soutien à Israël. Lire sur la puissance chinoise :https://bernard-jomard.com/2017/02/07/la-chine-est-montee-en-puissance-est-devenue-la-1ere-puissance-mondiale/

Enfin en Inde, le  Premier ministre nationaliste hindou dénonce avec véhémence les attaques meurtrières du Hamas contre Israël. Cela afin de faire un parallèle entre le Hamas et l’opposition indienne dont  la minorité musulmane. Mais cela ne devrait pas empêcher certaines entreprises locales de la tech de prendre leur distance avec les entreprises israéliennes

En résumé, l’Asie devrait rencontrer à long terme peu de conséquences économiques causées par ce conflit

États-Unis.

La campagne présidentielle approchant, les États-Unis qui comptent autant de juifs qu’Israël parmi leurs citoyens, juifs qui sont aussi plus nombreux à New York qu’à Jérusalem, les États-Unis donc, ne pouvaient qu’apporter un soutien inconditionnel. Cela alors que les relations entre Biden et Netanyahou étaient des plus fraiches, mais elles s’étaient réchauffées récemment avec la négociation d’un rapprochement entre Israël et l’Arabie Saoudite. Une extension des étonnants Abraham accords signés sous Donald Trump, accords qui avaient oublié les Palestiniens.

Les états unis qui s’étaient depuis quelques années focalisés sur leur concurrent la Chine ont aussi un peu émotionnellement revécu leur 11 septembre. De surcroit, considérant le problème palestinien comme n’existant pas ou plus,  les services secrets israéliens comme ceux des US en 2011 ont semble-t-il fait une impasse sur le sujet, ils n’ont donc rien vu venir, et, ont perdu la face.  

En résumé, les États unis excédentaires en Gaz et Pétrole et dotés d’une puissante armée devraient rencontrer peu de conséquences économiques causées par ce conflit. Lire sur analyse gaz et pétrole : https://bernard-jomard.com/2017/11/13/russie-leurope-prefere-t-gaz-de-schiste-americain-gaz-naturel-russe/

Photo d’un café à Damas Syrie

Proche et Moyen-Orient.

Les dirigeants des pays arabes sont en majorité hostiles au Hamas qu’ils considèrent comme un mouvement radical dangereux pour leurs stabilités. Mais, ces dirigeants sont aussi embarrassés, car ils doivent prendre en compte la colère de la majorité de leurs populations qui se sentent souvent humiliées par Israël et sont pour beaucoup alignées sur les positions extrémistes du Hamas.

Mais, le moteur de cette zone c’est l’énergie, et comme ailleurs le business ne fait jamais preuve d’idéologie. Preuve encore, L’Égypte ce grand pays qui a signé un traité de paix avec Israël il y a 44 ans importe du gaz d’Israël et le liquéfie avant de l’envoyer vers l’Europe.

Quant à l’Iran, impliqué entre autres, en Syrie, en Irak, au Liban, Iran qui a des relations tendues avec l’Azerbaïdjan proche d’Israël. Ce complexe « bloc » Iranien mérite une analyse particulière. Cela car on a vu récemment le Liban vassalisé par le Hezbollah signer un accord avec Israël délimitant leurs frontières maritimes. Un accord levant les obstacles à l’exploitation des gisements gaziers.  

Enfin après ces destructions massives quel est l’avenir de la Palestine et des Palestiniens. Si on est rationnel et pragmatique, la situation actuelle ne peut pas continuer ainsi pour les Palestiniens et les Israéliens, et pour leurs enfants après eux. Tout est dans les mains des politiciens locaux, et, la religion ne peut pas être l’élément déterminant dans les négociations, l’élément déterminant c’est l’intelligence des politiciens, et qu’ils oublient enfin leur addiction au clientélisme.

En résumé, les pays du Proche et Moyen-Orient producteurs de Gaz et Pétrole pourraient profiter de ce conflit.

Photo de Doha Qatar Ce pays clef mérite une analyse détaillée

Europe.

Qui dit conflit au Moyen-Orient, dit risque de hausse du prix du pétrole, et, du gaz. Et, après l’embargo sur l’énergie russe, notre Europe risque de se retrouver face à un marché encore plus tendu que l’hiver dernier. l’Arabie saoudite et ses voisins pouvant utiliser cette arme qu’est la baisse durable de sa production, afin de profiter de la crise.  Les pays les plus touchés seraient alors les plus industriels ce serait tout d’abord  l’Allemagne qui a fermé ses centrales nucléaires, mais aussi l’Italie. Si ce conflit s’externalisait il est assez évident que le tourisme et de nombreux autres secteurs d’activités seraient touchés par la propagation de l’instabilité.

En résumé, l’Europe pénalisée par la guerre en Ukraine fait déjà face à un « soft landing » de son économie. Celle-ci pourrait maintenant atterrir en  stagflation. Stagflation à laquelle nous avons échappé grâce ou à cause de la crise Covid. Lire sur risques de Stagflation  https://bernard-jomard.com/2019/07/01/a-cause-des-taux-bas-ou-negatifs-allons-nous-assister-a-la-japonisation-de-leconomie-europeenne/

Quelques mots sur la Russie qui mériterait une analyse détaillée

Ce nouveau conflit du Hamas contre Israël a remplacé dans les médias, le conflit Russie Ukraine et, est donc maintenant au cœur des débats sur la scène internationale. En éclipsant la guerre en Ukraine ce conflit est donc une aubaine pour Moscou

Le « méchant » dont on parle maintenant toutes les heures ce n’est plus la Russie, c’est le Hamas. Ce désintérêt relatif pour la guerre en Ukraine signifie d’abord moins d’attention, mais surtout moins d’aide. La Russie qui a aussi une forte communauté en Israël, qui est proche de l’Iran et soutient les Palestiniens et la Syrie, pourrait donc devenir un « intermédiaire » utile dans ces nouvelles alliances de plus en plus spot.

Enfin on ne peut pas oublier la Turquie

Un acteur de la crise Russie Ukraine mais aussi de la crise entre #Azerbaïdjan (ami d’Israël)  et, l’#Arménie. Un Erdogan défenseur de la cause Palestinienne qui avait « sponsorisé » la flottille d’une ONG turque qui tentait de rompre le #blocus imposé par Israël à #Gaza. Un Erdogan qui avait accusé Simon Peres d’être un assassin d’enfants lors d’un sommet à Davos . Une Turquie qui a abrité pendant 10 ans le fondateur de la branche militaire du #Hamas. Mais aussi une Turquie qui a expulsé à la demande de l’état hébreux de nombreux militants il y a peu, peut être pour une histoire de transit de #gaz entre la méditerranée orientale et l’Europe ?  

Autres Continents et pays

Ceux-ci méritent une analyse par pays, car leurs relations et réseaux sont encore plus fragmentés.

En conclusion et comme d’habitude il est difficile de faire des prévisions surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. Les guerres ont souvent une arrière-pensée économique (gaz au large de Gaza) mais celle-ci est aussi nourrie d’idéologie (Humiliation Vs Hubris) , et on sait tous qu’une idéologie, c’est une théorie (une religion) qui refuse que les faits la contredisent et qui préfère congédier de manière radicale la réalité plutôt que de se modifier elle-même.

ETI Grands Comptes, vous souhaitez une analyse polymathe et audacieuse, ou développer votre entreprise, contactez moi, tarif adapté à la taille de l’entreprise, et gratuit pour les universités  : b.jomard@goldman-consulting.com Et N’hésitez pas à vous ABONNER vous sur:  https://bernard-jomard.com/abonnez-vous/ et si vous me copiez je vous remercie de me citer 

Billet publié sur x médias sur 3 continents dont sur Forbes