Guerre Commerciale USA Chine Europe ce qu’il faut savoir 9


La conquête de nouveaux marchés, hier c’était relativement simple, les « Services » ouvraient les valises diplomatiques, faisaient du renseignement économique et aidaient les entreprises nationales à conquérir des marchés en évinçant leurs concurrentes, cela particulièrement pour les projets d’infrastructures, d’Énergie ou d’aéronautique. Mais aujourd’hui avec la focalisation des services sur la lutte contre le terrorisme, la diplomatie dite « d’affaires » a été un peu oubliée et on a un peu délaissé les activités d’intelligence économique. Il serait bon de rappeler que les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Guerre Commerciale ou Economique ce que l’on sait ?

France

Le déficit commercial de la France, qui navigue entre 45 et 75 milliards d’Euro depuis 2003 aurait peut-être été limité si la France avait mieux anticipé l’évolution technologique du monde, dont ce Software Power producteur de « Renseignements » et qui déploie des capacités uniques de collecte et de traitement de données de masse ou data.

Précisons néanmoins que la France dispose depuis 2004 du SISSE (Service Information Stratégique et de la Sécurité Informatique) qui assure le pilotage interministériel de la politique publique en matière de protection et de promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques de la Nation .

Personne ne se souvient qui ont été les boss du Sisse, qui est de surcroît depuis quelques mois, sans tête . Il semblerait qu’avec cette affaire Iranienne, la France s’attache enfin à vouloir contrer l’extraterritorialité des lois américaines. 

La sécurité économique qui était plutôt une bureaucratie, serait redevenue une priorité. Deux comités devraient être mis en place. Un comité de liaison émanent du secrétariat à la défense qui définira des objectifs précis, et appelé  « Colisé« . Le deuxième, plus intelligence économique le « Corie » devrait s’appuyer sur les services de renseignements intérieur et extérieur.  Espérons qu’un boss soit nommé sans délai au Sisse, et que la Guerre commerciale redevienne une priorité. 

Car, le déficit chronique de la France semblerait démontrer qu’on en resté au fameux « doux commerce » de Montesquieu. En fait, une guerre économique farouche s’intensifie sous nos yeux, une guerre sans mort apparemment, et pourtant une guerre à mort. L’Europe, dont la France, est en guerre, mais elle fait semblant de ne pas le voir, ce qui n’est pas le cas du fantasque Trump, Tant que nous n’aurons pas une identité Européenne, rien ne changera.

On voit cela sur la négociation des Taxes sur les véhicules, que les Américains veulent imposer aux Européens. Cela touche essentiellement les Allemands, 20 Mds $ d’export vers les Etats Unis, par an, & les Italiens eux, 5 Mds $ , les autres pays dont la France n’étant pas concernés, ils font bien sur l’autruche.

Europe vs États Unis

Les Américains ont eux depuis 2001,une « advocacy policy » qui s’appuie sur « l’advocacy center ». Cela leur a permis de renforcer leur dispositif de compétitive intelligence, d’abord discrètement sous Obama puis plus ouvertement sous Trump. D’après certaines publications, 40 % de l’arsenal de renseignement US serait mobilisé dans l’intelligence économique au travers de leurs programmes Echelon et Prism.

Ce renseignement économique américain mobiliserait 14 agences gouvernementales, dont la NSA.

Notons aussi que l’application assez invraisemblable de l’extraterritorialité du droit américain a affaibli de nombreuses entreprises. Cette loi basée sur le combat antiterroriste et la lutte anticorruption est de plus en plus utilisée pour le respect des embargos américains. Une Extraterritorialité qui se propage à la faveur de l’abandon du droit international, et de la négation de l’Europe. Elle constitue un élément majeur de la stratégie de « contrainte globale » qui assoit la stratégie des États-Unis.

Dans cette nouvelle guerre commerciale, les États-Unis invoquent une exception, la sécurité nationale. Cela est astucieux, et offre une très grande marge de manœuvre qui autorise un pays de définir lui-même en quoi consiste sa sécurité nationale.

Enfin, et c’est important Il faut toujours attendre l’autorisation de l’OMC, ( Organisation mondiale du Commerce)  pour engager des représailles, sinon ces représailles deviennent illégales. Une réforme des règles de l’OMC est attendue depuis longtemps.

Quand le Gaz US devient une monnaie d’échange avec l’Europe (article du new York Times) Lire l’article ci-après: 

https://www.nytimes.com/2018/07/26/business/energy-environment/trump-europe-natural-gas-lng.html?rref=collection%2Fsectioncollection%2Feurope&action=click&contentCollection=europe&region=stream&module=stream_unit&version=latest&contentPlacement=9&pgtype=sectionfront

Occidentaux Vs Chine

La guerre économique avec la Chine pays pas encore considéré par l’OMC comme une économie de marché, se résume pour le moment à des Crédits bonifiés délivrés par des banques publiques, et à des aides déguisées de l’État. Une Chine qui utilise tous ces outils pour continuer à faire tourner à plein régime sa machine à exporter.

La Chine garantit aussi chaque année plus de 250 milliards de dollars de crédit export, soit trois fois le montant garanti par les pays de l’OCDE. Crédits bien évidemment liés à l’origine chinoise des produits exportés.

En novembre 2017,  Les États-Unis ont continué à s’opposer à l’octroi à la Chine du statut d’économie de marché, cela a  permis de maintenir des barrières douanières élevées sur certains produits chinois.

L’Europe a néanmoins accumulé 1 400 milliards d’euros de déficit vis à vis de la Chine au cours des dix dernières années, soit près de 1% de notre PIB. Depuis ce grand projet chinois de nouvelle « route de soie » les exportations occidentales vers les pays traversés ont elles chuté de 130 milliards d’euros. Enfin en Afrique la Chine capte aujourd’hui près de 30% des marchés publics.

On avait imaginé que l’émergence de cette Chine centralisée et cohérente serait bonne pour les économies occidentales, on peut douter de plus en plus de cette affirmation.

En fait les Occidentaux ont été totalement dupés. Bill Clinton un fervent défenseur de l’adhésion de la Chine à l’OMC, n’avait il pas déclaré en 1999 « nous avons obtenu de nouvelles garanties , très contraignantes, contre un brusque afflux d’importations chinoises- l’Entrée de la Chine à l’OMC encouragera le pays à jouer selon les règles internationales » Clinton a du déchanter depuis, car les distorsions économiques globales et les surcapacités de production, n’ont fait que s’aggraver depuis l’entrée de la Chine dans l’OMC. 

Russie Vs Europe et/ou USA

On a connu une forte intensification de la guerre économique depuis la crise ukrainienne, une guerre manipulée ou pas. Crise qui débuta en novembre 2013 à cause de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer l’accord d’association avec l’Union européenne. Ce fut le déclencheur de ce mouvement visant à éloigner l’Europe de l’ouest de la Russie.

En réaction, la Crimée proclama son indépendance et vota pour son rattachement à la Russie.

Prochaine étape du Confit Russie Vs Ukraine

Devrait se tenir en 2019, le procès relatif au non remboursement par l’Ukraine de la dette obligataire de Trois milliards de dollars. Dette contractée auprès de la Russie, avant l’annexion de la Crimée. Lors de la Crise financière de 2015, faisant suite à cette néo-révolution, le FMI a restructuré la dette. Tout les détenteurs de titres obligataires  ont accepté une décote de 20%. La Russie qui n’a pas accepté, a vu la dette qu’elle détient requalifiée en « dette odieuse » ou « dette sous la contrainte » des termes utilisés par les ONG et par le droit anglais . A suivre

Enfin, on retrouve souvent le secteur énergie derrière les conflits économiques, rappelons donc que Les États-Unis, déjà leader de la production de gaz, sont également devenus le premier producteur de pétrole au monde. Selon la compagnie British Petroleum (BP), la production américaine s’élève désormais à 12 millions de barils par jour (mbj), contre 11 millions pour l’Arabie Saoudite.

Création de Paradis fiscaux  en Russie pour échapper aux Américains 

Le dollar  présent dans la plupart des contrats ainsi que l’extraterritorialité des lois américaines ont incité la Russie a trouver une solution pour rapatrier les fonds russes placés à l’étranger dans des paradis fiscaux et bancaire. Paradis échappant de moins en moins aux autorités américaines.

Seule solution face à ces sanctions américaines créer ses propres zones offshores, comme la plupart des continents en possèdent déjà en toute hypocrisie.

C’est fait depuis juillet 2018. Le Parlement russe a en effet  approuvé un projet de loi autorisant la naissance de deux zones offshores dans le pays. La première se situera sur l’île Rousski, face à Vladivostok, ville portuaire à l’Est de la Russie, carrefour entre le japon, La Chine, et les deux Corées.  La seconde, elle, sera localisée sur l’île Oktiabrski, située  à l’ouest, dans l’enclave de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

Le gouvernement Russe espère ainsi rapatrier les fonds des oligarques du pays, touchés par les sanctions américaines. Les entrepreneurs Russes sont très friands des territoires offshores, dont Chypre. Cela leur permettait souvent d’échapper à l’administration fiscale et à la bureaucratie Russe. Seule question, vont-ils être enthousiastes à rapatrier leurs fonds en Russie.

Trump vs Poutine

Notons que l’intention du candidat Trump était de nouer de bonnes relations avec Poutine. C’était sans compter sans l’Establishment anti-russe au Congrès et au sein de l’administration qui domine à Washington. Trump a depuis tenté d’obtenir un engagement de non interférence dans la politique américaine, ce que Poutine était prêt à accepter si il y avait réciprocité, ce que Trump est incapable d’offrir.

La Guerre Affichée Chine vs USA sera-t-elle bénéfique à l’Europe 

Il est évident que la Chine tente de faire de l’Europe son allié contre Trump. Mais il est aussi évident que l’Europe à les mêmes préoccupations que les US, vis à vis des pratiques de la Chine, en particulier son soutien et subventions aux entreprises, les transferts de technologie. Les sujets de frictions sont nombreux.

Malgré l’opération de charme de la Chine, il est évident que l‘attitude de l’Europe restera proche de celle des US, la seule différence c’est que l’Europe communique différemment sur ce sujet. On peut juste espérer qu’elle ne fera pas preuve de faiblesse, comme auparavant.  

Quelles Conclusions en tirer

Tout d’abord les pays qui souffriront le plus de cette guerre intense, sont par ordre d’importance, l’Irlande, le Canada, la Russie, le Japon, le Royaume Uni, l’Allemagne, le Brésil, l’Italie, la France, la Chine et. La France étant relativement peu touchée car elle n’est pas un pays exportateur.

Il est évident que les alliances en matière d’antiterrorisme imposent des limites au renseignement économique. Il est difficile pour beaucoup de pays de gérer cette dichotomie entre les alliés dans la guerre contre le terrorisme, alliés qui deviennent des ennemis dans la guerre commerciale.  

Il est aussi clair, que l’Europe et donc ses entreprises n’ont pas défini une stratégie de conquête, comme l’ont fait les Etats Unis et la Chine depuis longtemps. Alors, que nous sommes entrés depuis quelques années dans une zone de fortes turbulences économiques. Chaque nouveau contrat ou client étranger peut être source de risques financiers énormes. Risques liés à l’extraterritorialité des lois, à la corruption, à la cyber sécurité, au terrorisme, ou à la manipulation de certaines ONG ou fondations (dont sauf erreur: Steve Bannon pour les Rep, Georges Soros pour les Dem et Vladimir Lakounine ex patron des chemins de fers Russes à la tête d’une fondation Allemande).

Les Grands groupes y font face en créant des « War Rooms » leur permettant d’anticiper . Les PMI et ETI elles prennent souvent trop de risques à cause de leur manque de connaissances et de sensibilité aux menaces. Il est vital de conquérir de nouveaux marchés, mais qui dit conquérir dit guerre. Des consultants pourront vous aider dans ce domaine.

Enfin une nouvelle Guerre froide entre les Etats Unis et la Chine n’est pas à exclure. On peut très bien imaginer comme du temps de Reagan, Certains manipuler les Chinois Ouïghours qui combattent actuellement en Syrie au coté de Daesch-Isis, cela lors de leur retour en Chine, Le Vietnam et Taiwan pourraient participer à cette guerre froide.

Articles déjà publié dans Forbes &  X autres médias 

Lire aussi :

Rappel Guerre Economique USA Vs Europe:

http://bernard-jomard.com/2016/12/05/conflits-economiques/

Chine 1ere Puissance Mondiale en PIB PPA : https://bernard-jomard.com/2017/02/07/chine-premiere-puissance-mondiale/

La Guerre du Secteur Automobile: http://bernard-jomard.com/2017/10/29/voitures-electriques-electrochocs-a-venir/

La Guerre du Gaz : https://bernard-jomard.com/2017/11/13/russie-leurope-prefere-t-gaz-de-schiste-americain-gaz-naturel-russe/

Guerre des GAFA : https://bernard-jomard.com/2018/05/22/intelligence-artificielle-tuer-agences-communication/

Conflit avec la Russie : https://bernard-jomard.com/2018/03/05/avenir-de-russie-europe/

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Guerre Commerciale USA Chine Europe ce qu’il faut savoir